Que remplir

1 - Que remplir

Le scénario 5 est une déclaration sans mini-trimestrielle. Il y a donc lieu de communiquer les données d'identification de l'employeur et du travailleur et les données relatives à l'occupation (point 3. ci-dessous) ainsi que les données spécifiques à la déclaration (point 4. ci-dessous).

2 - Identification du risque

La déclaration électronique de vacances comporte deux sous-risques :

  • le sous-risque 1 pour la déclaration de vacances des travailleurs dont le pécule de vacances est payé par la caisse de vacances ou l'Office national des vacances annuelles;
  • le sous-risque 2 pour la déclaration de vacances des travailleurs dont le pécule de vacances est payé par l'employeur (employés et la plupart des travailleurs du secteur public)

Veuillez sélectionner l'un de ces deux sous-risques.

3 - Identification de la déclaration

Il convient de reprendre les données contenues dans les blocs "lien déclaration employeur, personne physique, lien ligne travailleur et lien occupation" des déclarations de risque social sans mini-trimestrielle (toutes les données ne doivent pas nécessairement être complétées- veuillez vous référer au statut de la donnée qui figure dans le domaine présence de la zone correspondante).

3.1 - Bloc lien déclaration employeur/employeur ONSSAPL

4.2.1.1 : numéro de matricule O.N.S.S/O.N.S.S.A.P.L
4.2.1.2 : notion de curatelle (uniquement pour les employeurs affiliés à l'O.N.S.S)
4.2.1.3 : numéro unique d'entreprise

3.2 - Bloc personne physique

4.2.2.1 : numéro de suite personne physique
4.2.2.2 : N.I.S.S
4.2.2.3 : S.I.S
4.2.2.4 : nom
4.2.2.5 : prénom
4.2.2.6 : initiale
4.2.2.7 : date de naissance
4.2.2.8 : lieu de naissance
4.2.2.9 : code pays lieu de naissance
4.2.2.10 : sexe
4.2.2.11 : rue
4.2.2.12 : numéro adresse
4.2.2.13 : boîte aux lettres
4.2.2.14 : code postal
4.2.2.15 : commune
4.2.2.16 : code pays
4.2.2.17 : nationalité

3.3 - Bloc lien ligne travailleur

4.2.3.1 : catégorie employeur
4.2.3.2: code travailleur

3.4 - Bloc lien occupation

4.2.4.1 : date de début de l'occupation
4.2.4.2 : date de fin de l'occupation
4.2.4.3 : numéro commission paritaire
4.2.4.4 : nombre de jours par semaine
4.2.4.5 : nombre moyen d'heures par semaine du travailleur concerné
4.2.4.6 : nombre moyen d'heures par semaine du travailleur de référence
4.2.4.7 : statut du travailleur
4.2.4.8 : notion de pensionné
4.2.4.9 : type d'apprentissage
4.2.4.10 : type de contrat
4.2.4.11 : mode de rémunération

4 - Autres données

Sont reprises ci-dessous, les données spécifiques à la déclaration.

4.1 - Bloc année de vacances

4.1.1 - Année de vacances à laquelle se rapportent les vacances (n° 125)

Il y a lieu d'indiquer l'année à laquelle se rapportent les vacances légales, les vacances complémentaires ou les vacances en vertu d'une convention collective de travail rendue obligatoire.

Il s'agit de l'année de vacances au cours de laquelle les vacances doivent être accordées et qui coïncide avec un risque (incapacité de travail, repos de maternité, ...).

4.2 - Bloc secteur vacances

4.2.1 - Indication secteur vacances (n°194)

Il y a lieu de préciser le secteur de vacances applicable au travailleur (1 = secteur privé, 2 = secteur public et 3 = si aucun régime de vacances n'est applicable).

Par régime de vacances applicable au secteur privé, il y a lieu d'entendre le régime de vacances annuelles des travailleurs salariés (lois coordonnées du 28 juin 1971 et arrêté royal d'exécution du 30 mars 1967).

Le régime de vacances applicable au secteur public (qui s'applique également aux contractuels du secteur public), est fixé par :

  • l'arrêté royal du 19 novembre 1998 relatif aux jours de congé accordés aux membres du personnel des administrations de l'Etat, qui détermine la durée de vacances et
  • l'arrêté royal du 30 janvier 1979 relatif au pécule de vacances octroyé aux agents de l'Administration générale du Royaume, qui détermine les modalités de calcul du pécule de vacances.

Si l'employeur a indiqué le code "2" (secteur public) ou le code "3" (pas de régime de vacances applicable), les zones qui suivent ne doivent pas être complétées.

4.3 - Bloc détail vacances

4.3.1 - Code vacances (n° 196)

Par vacances légales, il y a lieu d'entendre l'absence du travail suite à une suspension de l'exécution du contrat de travail pour cause de vacances annuelles telles que visées aux articles 3 et 5 des lois coordonnées du 28 juin 1971 relatives aux vacances annuelles des travailleurs salariés.

Les vacances supplémentaires en cas de début ou de reprise d'activité, visées à l'article 17 bis des lois coordonnées le 28 juin 1971 ne doivent pas être prises en considération.

Par vacances en vertu d'une C.C.T rendue obligatoire, il y a lieu d'entendre l'absence du travail suite à une suspension de l'exécution du contrat de travail pour cause de vacances annuelles en vertu d'une C.C.T rendue obligatoire visée à l'article 6 des lois coordonnées sur les vacances annuelles des travailleurs salariés. Il s'agit de vacances complémentaires qui ne sont pas payées par l'employeur mais par une caisse de vacances (Vacantex, par exemple, pour les vacances octroyées dans le secteur du textile).

Par vacances complémentaires, il y a lieu d'entendre l'absence du travail avec maintien du salaire suite à une suspension de l'exécution du contrat de travail pour cause de vacances annuelles autres que les vacances légales et les vacances en vertu d'une convention collective de travail rendue obligatoire visée à l'article 6 des lois coordonnées sur les vacances annuelles des travailleurs salariés. Ces vacances complémentaires résultent d'un régime particulier en vigueur dans l'entreprise (convention collective de travail conclue ou non au sein d'un organe paritaire, décision du conseil d'entreprise, ...).

Remarque importante: les vacances complémentaires ne doivent être mentionnées que si ces vacances doivent être prises durant l'année de vacances (non reportables) et si, ne pouvant être prises en raison d'un risque, sont obligatoirement rémunérées durant l'année de vacances.

Pour le sous-risque 001 ( " ouvrier "), il y a lieu de mentionner le code :

  • 1, pour les vacances légales que le travailleur a prises ;
  • 2, pour les vacances complémentaires que le travailleur a prises ;
  • 3, pour les vacances prises en vertu d'une convention collective de travail rendue obligatoire ;
  • 5, pour les vacances complémentaires auxquelles le travailleur a droit.

Pour le sous-risque 002 (" employé ") il y a lieu de mentionner le code :

  • 8, pour les vacances légales que l'employé n'a pu prendre avant l'expiration de l'année de vacances en raison de la survenance du risque.
  • 9, pour les vacances complémentaires que l'employé n'a pu prendre avant l'expiration de l'année de vacances en raison de la survenance du risque.

4.3.2 - Nombre de jours (arrondis au demi-jour) de vacances (n° 197)

Il y a lieu d'indiquer, pour les travailleurs occupés à temps plein et à temps partiel, le nombre de jours de vacances, arrondis au demi-jour, pour chacun des codes mentionnés à la zone n° 196.

Exemple : un employé a droit à 20 jours de vacances légales en régime 5 jours; il a déjà pris 10 jours complets et trois demi-jours de vacances : dans ce cas, le nombre de jours de vacances qui reste à prendre s'élève à 8,5.

Remarque importante :

Il y a lieu d'indiquer le nombre de jours de vacances qui correspond au régime de travail (nombre de jours par semaine) mentionné dans le bloc lien occupation de la ligne travailleur (point 2.4.).

4.3.3 - Nombre d'heures de vacances (n° 198)

Il y a lieu d'indiquer, pour les travailleurs occupés à temps partiel, le nombre d'heures de vacances, par code vacances.

4.4 - Bloc commentaire déclaration

4.4.1 - Zone texte libre (n° 126)

Cette zone permet à l'employeur de communiquer des informations complémentaires qu'il juge indispensables pour le traitement du dossier relatif à la déclaration du risque social.

Elle ne peut contenir des données qui figurent dans les zones de la déclaration et qui font l'objet d'une codification.