Le Fonds amiante célèbre ses 10 ans

24 mars 2017 - Le 1er avril 2017, le Fonds amiante (AFA) soufflera ses dix premières bougies. En l'espace d'une décennie, plus de 2700 personnes souffrant d'asbestose ou de mésothéliome (principalement des cancers de la plèvre) ont ainsi reçu une indemnisation de l'AFA... Sans parler de la mise en place progressive de projets de prévention, au centre d'un nouveau projet de loi actuellement en préparation.

Que fait le Fonds amiante ?

L'AFA a été créé le 1er avril 2007 au sein du Fonds des maladies professionnelles (FMP) - devenu depuis le 1er janvier 2017 l'Agence fédérale des risques professionnels (Fedris). Dès sa création, la décision fut prise d'octroyer le droit à une indemnisation aux résidents belges victimes d'asbestose et de mésothéliome à la suite d’une exposition à l'amiante. Et cette indemnisation est également prévue pour leurs ayants droit. Ce n'est pas le cas des victimes de cancer du poumon ou de la gorge dû à l'amiante, mais Fedris prévoit tout de même pour elles une indemnisation - si l'exposition à l'amiante qu'elles ont subie a eu lieu dans un cadre professionnel.

Quelques chiffres

Entre le 1er avril 2007 et le 31 décembre 2016, 1870 personnes ont reçu une indemnisation à la suite de la reconnaissance d’un mésothéliome. Au cours de la même période, 305 personnes ont reçu une indemnisation pour asbestose. Enfin, 494 personnes ont été indemnisées pour des épaississements pleuraux diffus bilatéraux, assimilés à l'asbestose.

Le mésothéliome est presque toujours un cancer incurable. La maladie se déclare souvent seulement 30 à 40 ans après l'exposition aux fibres d'amiante. Une personne atteinte de mésothéliome perçoit une mensualité de 1757,55 €. Un capital est versé à l’ayant droit (veuf/veuve) de la personne décédée des suites d’un mésothéliome. Ce capital s’élève à 35 151,00 €.

En 2016, l’AFA a reconnu 210 nouvelles victimes de mésothéliome et 41 victimes d'asbestose ou d’épaississements pleuraux diffus bilatéraux. Ces chiffres suivent la tendance de ces dernières années et sont donc relativement stables. En Belgique, la moyenne est de 2,5 cas de mésothéliome par 100.000 habitants.

Profil des victimes

Le secteur d’activités le plus touché est bien entendu le secteur de la transformation de l’amiante brut, mais on retrouve aussi (e.a.) des plombiers, des soudeurs, des métallurgistes, des ouvriers du bâtiment, des travailleurs des chantiers navals ou des dockers parmi les victimes.

74 % des victimes travaillent dans le secteur privé, tandis que 18 % d'entre elles sont des victimes environnementales. Quant au secteur public, il s'avère beaucoup moins éprouvé - ses métiers étant moins exposés à l’amiante. 

Pour le mésothéliome, le nombre de femmes indemnisées est 7 fois moindre que le nombre d’hommes. La plupart des victimes développent la maladie (mésothéliome ou asbestose) entre leur 65e et leur 84e anniversaire.

Projet de loi

Sur proposition de la Ministre des Affaires sociales et de la Santé publique Maggie De Block, un projet de loi est en préparation afin que l’AFA dispose prochainement de compétences supplémentaires. Il y aurait ainsi 650.000 euros disponibles chaque année pour mener des études universitaires et des projets de prévention autour de l'amiante. Le but est de mieux informer le public et de le mettre en garde contre les dangers de l'amiante.